L’enduro de Vigo vu de l’intérieur : un récit de Rémy DURAND

Ce weekend du 23/24 Mars 2013, nous sommes partis en Espagne à la limite de la frontière avec le Portugal, dans le secteur de Coruxo, pour participer à l’enduro de Vigo.
L’enduro de Vigo s’inscrit dans le Vigo bike contest, un événement regroupant plusieurs épreuves XC, DH et enduro et organisé par le Club Singletrack Outdoor Sports.
Cet enduro servira également de 2ème manche du trophée Mondraker Enduro Series.
Le spot de Vigo est déjà célèbre pour une coupe du monde de DH qu’il a accueillie il y a quelques années.
Au total 200 participants donc une escouade de français parmi lesquels mes potes Fabrice Terronnes et un certain Damien Oton.
Les organisateurs nous proposent 3h30 de ride pour 23 kilomètres de liaisons + spéciales avec environ 1000 m de D+.
5 spéciales chronométrées pour un chrono total d’environ 20 minutes.
Les spéciales sont rendues à la fois physiques et glissantes par des pluies récurrentes humidifiant copieusement le terrain.
L’objectif sur la course était assez clair, battre un maximum de voisins espagnols et se rapprocher le plus possible de la 1ère place J
La tâche n’était pas simple car dans la liste des participants on trouve du beau monde.
Des spécialistes de l’enduro comme Damien Oton, Roger Gonzales, Tony Perez
Les premiers et 2ème du trophée enduro Mondraker 2012 Humbert Almenara, Enrique Santonja
Des actuels ou anciens pilotes de coupe du monde XC ou DH, Carles Barcons, Jose Borges, un également un anonyme en la personne de Cedric Gracia !
 
VENDREDI
L’enduro de Vigo est une course qui se mérite !
C’est ni plus ni moins 10h de camion qui sont nécessaires pour rejoindre le spot depuis Toulouse.
C’est donc bien ramolli par ce long trajet que j’arrive en début d’après midi au stade de Fragoselo, le point névralgique de l’évènement.
Hop ! On n’est pas là pour trier les lentilles, je sors le vélo, j’enfile la tenue et je rejoins Fabrice et Damien qui sont là depuis 2 jours déjà, les veinards !
Petite surprise….les 15 meilleurs pilotes sont déjà là…de la boue jusqu’aux dents et en train de reconnaître les spéciales…..ce n’est pas encore gagné !!!
Le moment est savoureux puisque je me retrouve à rouler en pilotage à vue au milieu des Gracia, Oton, Gonzalez !!! Ça met un peu la pression !
Je découvre avec délectation des belles spéciales mais également une météo extrêmement capricieuse.
Le tarif est environ de 15 minutes de pluie par heure… et ça va durer pendant 3 jours !!! Un régal !!
Peu importe, je me gave jusqu’à la nuit et je reconnais 4 des 5 spéciales, la SP1 étant « cachée » pour l’instant.
 
SAMEDI
C’est les recos officielles et il pleut toujours au même rythme très soutenu !
Je fais un nouveau tour complet de l’enduro et une petite SP1 supplémentaire en bonus avec Damien.
Un bon coup de karcher et au repos… gardons du jus pour la bagarre du lendemain.
DIMANCHE
Le dimanche c’est la course !
 
SP1
Elle s’intitule “ Correcaminos”.
Le début est très physique. La 2ème partie est plus technique et surtout très humide et boueuse. Le tout est assez court.
Je ne suis pas très réveillé et j’ai l’impression de rouler comme une grand-mère, trop en dedans.
Cependant cette retenue fait que je ne fais aucune erreur et arrive en bas sans encombre, chutes ou autres sorties de pistes qui ont fait légion parmi les autres concurrents.
Du coup je prends le 9ème temps.
 
SP2 
Nommée “El Bucle ».
Là on rentre dans le vif du sujet et dans la grosse bouillasse aussi.
C’est une lutte de chaque instant pour rester sur le vélo.
La concentration est maximale car la moindre seconde d’inattention se traduit directement par la case « plat ventre dans la marre au canard !!! »
Je m’en sors avec le 13ème temps.
SP2 (1)
SP3 
C’est la piste qui avait été le théâtre de la coupe du monde de DH il y a quelques années.
Ça descend assez fort, il y a des marches, des pierriers, des racines… un moment intense !
Le 14ème temps à l’arrivée.
SP3 WC
SP4
Elle se surnomme « La Castaña », sûrement car elle castagne costaud dans les jambes et dans le cardio !!!
Toujours de la boue & du drift mais cette fois avec du physique à profusion en bonus !
D’où le sourire un peu crispé sur la photo !!
14ème temps à l’arrivée.
SP4
SP5
La « Hormiga Atomica » !
Comme c’est la dernière, on lâche tout, avec prise de risque maximale sur chaque passage.
C’est un petit miracle mais j’arrive en bas sans avoir communié avec le sol qui est toujours aussi « souple »!
Je suis super content de ce dernier run mais la concurrence est rude et les autres attaquent très fort aussi…9ème temps.
SP5
Et voilà c’est déjà fini du Vigo bike contest !
La victoire est pour Cédric Gracia au guidon de son Santa Cruz Tallboy LTC, 3  petites secondes devant le catalan Damien Oton (Transbiking/Caminade) qui confirme un très bon début de saison après sa victoire lors de la première manche de ce championnat.
Votre humble narrateur termine 9ème et Fabrice termine 38ème.
170 finishers sur les 200 partants, les autres sont encore coincés dans le marécage !!!!

Une réponse à L’enduro de Vigo vu de l’intérieur : un récit de Rémy DURAND

  1. Toxdisc  - 

    Beau récit, on s’y croirait !!

Les commentaires sont fermés.